Yves Dejean, « un pédagogue hors pair » est parti

Le linguiste Yves Déjean / source : AKA.

 

Affaissé par la vieillesse et frappé par de graves problèmes de santé, le linguiste et pédagogue, Yves Déjean est décédé dans l’après-midi du 29 mars 2018. Depuis près de trois ans, il a dû abandonner ses activités professionnelles à cause de l’Alzheimer. Pendant sa période d’invalidité, son cas a empiré suite à une chute qui l’a rendu aveugle. En outre, ses médecins ont déclaré qu’il était attaqué par un cancer du sang. Dr Déjean, 90 ans, était admiré par la communauté scientifique haïtienne qui reconnait l’utilité et la pertinence de ses recherches.

Selon un de ses collègues, Lemète Zéphyr, ce décès est une perte inestimable pour l’intelligentsia haïtienne. Pour l’avoir côtoyé de près dans des milieux professionnels et académiques, il décrit Dr Déjean comme un « pédagogue hors pair ». Le professeur rappelle, en effet, les nombreux travaux réalisés par ce scientifique tant sur les techniques d’écriture du créole haïtien que dans le domaine de l’alphabétisation. « Sa thèse de doctorat sur l’orthographe du créole haïtien, dont une version courte a été publiée, continue aujourd’hui encore de guider les étudiants et chercheurs », ajoute-t-il en expliquant que l’une des plus grandes qualités de Dr Déjean est celle de pouvoir traduire les connaissances théoriques les plus pointues dans un langage accessible à tout le monde.

L’une des positions défendues par Yves Déjean concerne l’obstacle que représente la langue française dans l’enseignement en Haïti. Lemète Zéphyr rappelle que le chercheur soutenait avec insistance l’idée selon laquelle l’apprentissage doit se faire dans la langue maternelle de la population. Et dans son livre « Yon lekòl tèt anba nan yon peyi tèt anba » paru en 2006, il a pratiquement présenté une synthèse de ses recherches menées sur des thématiques comme des questions de langues et d’éducation en Haïti.

« Un intellectuel vertical »

De son côté, le professeur Michel DeGraff de l’Université MIT aux États-Unis présente Yves Déjean comme un intellectuel vertical. Ce membre de l’« Akademi Kreyòl Ayisyen » se déclare très reconnaissant envers son aîné qui lui a inspiré son initiative MIT-Ayiti qui vise l’amélioration du système scolaire, de l’enseignement supérieur et de la recherche dans le pays.

En plus de ses multiples réalisations scientifiques, les plus beaux souvenirs laissés par « Papa Déjean » sont ses échanges dans des débats publics où il faisait toujours preuve de rigueur et de sincérité, témoigne Dr DeGraff dans un texte rédigé en créole dont une copie a été envoyée au journal. D’ailleurs, il confie que c’est au cours d’ateliers de travail avec son collègue défunt qu’il a bien compris les enjeux liés à l’utilisation de la langue maternelle dans l’éducation.

Un parcours brillant et cohérent

Yves Déjean avait d’abord servi dans l’Église catholique. En 1969, il était, comme son frère Paul Déjean, parmi les neuf prêtres spiritains chassés du pays par la dictature de Duvalier. Au cours de son exil, il a poursuivi ses études pour décrocher un master en hébreu biblique au Canada et un doctorat en linguistique à l’Université d’Indiana aux États-Unis. C’est à son retour au pays en 1986 qu’on a remarqué plus clairement son enthousiasme dans la lutte en faveur du créole haïtien, une bataille qu’il a commencée depuis sa carrière dans la prêtrise. En effet, la première traduction en créole de l’évangile selon Saint Marc et son combat pour que les messes cessent d’être célébrées en langue étrangère figurent parmi ses multiples contributions à une meilleure diffusion de la langue maternelle des Haïtiens.

Ses 16 années d’exil, ayant été exploitées au profit de son parcours académique, le professeur Déjean s’est donné à fond dans l’enseignement universitaire et la recherche scientifique. Professeur de linguistique à l’École normale Supérieure et à la Faculté de linguistique appliquée de l’Université d’État d’Haïti, il a travaillé parallèlement sur des techniques d’alphabétisation. Les ouvrages qu’il a élaborés ont été utilisés dans le cadre des campagnes menées par la secrétairerie d’État à l’alphabétisation.

Les funérailles de Dr Déjean seront chantées, le mercredi 4 avril 2018, à l’Église Saint-Louis Roi de France de Turgeau. Une note de l’Akademi Kreyòl Ayisyen informe qu’une veillée aura lieu au local des études post-graduées de l’UEH, le mardi 3 avril. Le professeur ne voulait pas de funérailles nationales et de discours dans ses funérailles, a fait savoir l’AKA.

Kendi Zidor

Cet article Yves Dejean, « un pédagogue hors pair » est parti est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires