Nord-Ouest : l’UPTKMA tarde encore a joué pleinement son rôle

Nord-Ouest : l’UPTKMA tarde encore a joué pleinement son rôle

 

L’UPTKMA veut participer au développement .En 2000, l’Union des Paysans Tèt Kole de Mahotière s’est donnée pour mission de développer le département du Nord-Ouest à travers des activités éducatives, agroécologiques, économiques et sociales. Dix-huit ans plus tard, elle peine encore à accomplir sa mission.

On est unanime à reconnaitre que les paysans jouent un rôle majeur de plus en plus connu dans la pérennité des foyers et des communautés en zone rurale. Ils contribuent également de manière significative à la production agricole, à la sécurité alimentaire et à la nutrition, à la gestion des terres et des ressources naturelles et au renforcement des capacités d’adaptation face aux changements climatiques. Mais faute d’un appui considérable de la part des autorités concernées et d’une politique de développement agricole et rural durable, ils n’arrivent pas toujours à jouer pleinement leur rôle.

Sachant que l’objectif essentiel d’un développement agricole et rural durable est d’assurer un accroissement soutenu de la production alimentaire et d’améliorer la sécurité alimentaire, des paysans de la section communale de Mahotière dans le département du Nord-Ouest se sont regroupés pour apporter leur grain de sel à la production agricole du pays et dans d’autres domaines. Avec Ervilus Monmus à leur tête, ils ont formé l’Union des Paysans Tèt Kole (UPTKMA) de Mahotière en l’an 2000. Depuis, ils travaillent dans le domaine de l’éducation, de l’agro-écologie et de l’économie sociale. Aujourd’hui, ils sont plus de cinq cents paysans à faire partie de ce regroupement.

Selon Ervilus Monmus, responsable des relations publiques de l’Union des Paysans Tèt Kole de Mahotière (UPTKMA), les paysans accordent la priorité au maintien et à l’amélioration de la capacité des terres agricoles. Avec l’aide du Collectif du Financement populaire (KOFIP) et des Mutuelles de Solidarité (MUSO), ils consentent des dépenses d’investissement propres aux sections communales dans lesquelles ils interviennent : défrichage et épierrage ; protection contre les crues ; drainage, conservation de sols, etc. Depuis que les paysans du Nord-Ouest se sont regroupés au sein de l’Union des Paysans Tèt Kole de Mahotière pour le développement économique, culturel et social de leur communauté, ces producteurs, apprennent peu à peu à tirer le meilleur possible des produits de leurs champs. Les rendements permettent de constituer des stocks pour nourrir leurs familles et les bêtes.

Ils organisent également des activités d’éducation et de formation au sein des Mutuelles de Solidarité (MUSO), adoptent des mesures d’incitation économiques afin de garantir des denrées alimentaires d’une valeur nutritive adéquate, auxquelles les familles vulnérables de leurs communautés auront accès et permettent une production commerciale, créent des emplois et des revenus pour réduire la pauvreté, gèrent les ressources naturelles de leurs communautés et protègent leur environnement. Mais cela ne suffit pas, soutient Ervilus Monmus.

L’UPTKMA réclame l’aide des autorités concernées afin de faire face aux catastrophes naturelles et de mieux gérer les terres agricoles département du Nord-Ouest. « On n’y arrivera pas tout seul », déclare M. Monmus. Nous avons un centre de production de riz qui nous permet de donner aux riziculteurs les moyens de produire un riz de qualité, à coût compétitif, dans le cadre d’une relation harmonieuse avec l’environnement, mais nous aimerions produire des variétés de riz adaptées aux contraintes du terroir haïtien et qui répondent au mieux à la demande des marchés », ajoute-t-il.

Aljany N. Zephirin

Commentaires