Présentation du dernier livre de Michel Hector au Centre Culturel Anne Marie Morisset

Michel Hector.

 

L’historien Michel Hector, président d’honneur de la Société haïtienne d’histoire et de Géologie et professeur à l’Université d’État d’Haïti, a présenté, pour les membres du Centre culturel Anne Marie Morisset et le public en général, son dernier livre : « Une tranche de la lutte contre l’occupation américaine. Les origines du mouvement communiste en Haïti (1927-1046) ». Cet ouvrage réédité a été publié en 1984 au Mexique. Le livre permet à l’auteur de faire une analyse approfondie sur les provenances du mouvement communiste en Haïti.

Pour Michel Hector, le livre : « Une tranche de la lutte contre l’occupation américaine. Les origines du mouvement communiste (1927-1936) » est d’une grande utilité. Ce texte, paru en 2017 chez l’Imprimeur S.A, a montré que durant la période de 1927 à 1936 qu’il y avait en Haïti un mouvement de contestation politique et sociologique après l’occupation américaine. Michel Hector a aussi expliqué qu’il a analysé le marxisme, un courant politique qui a marqué le monde au 20e siècle. Le professeur Hector a souligné pour l’auditoire que le marxisme n’est pas l’oeuvre d’une personne, mais d’un mouvement social bien déterminé.

La causerie fut pour lui l’occasion de feuilleter les pages de son livre. Il a retracé le parcours et l’itinéraire de Jacques Roumain et Joseph Jolibois et sur le Manifeste de la réaction démocratique de Max Hudicourt qui donne des informations précises sur la période de 1946. S’agissant de Jacques Roumain, l’historien a démontré que l’oeuvre romanesque de ce dernier est surtout connue dans le milieu scolaire, universitaire et intellectuel alors que le combat politique de l’auteur du récit : « La montagne ensorcelée » n’a jamais été mise en perspective. Ce livre est, selon lui, une façon de mieux apprécier l’engagement politique de l’auteur de Les Gouverneurs de la rosée, fondateur du Parti communiste haïtien.

Plusieurs chapitres ont été abordés dans le livre par exemple : « Une représentation de la réalité du prolétariat », « Radicalisation au sein du mouvement nationaliste », « Poussée des luttes et fissures dans l’alliance nationaliste », « Rupture avec le nationalisme radicalisé et formation du parti communiste, 1932-1934. » un débat a été ouvert entre le conférencier et le public. Certains membres de l’assistance lui ont questionné sur l’importance de son travail. Michel Hector a fait savoir c’est pour lui une occasion de revenir sur les rives du passé afin de mieux comprendre le présent et de penser le futur de manière collective. Voilà ce qui est écrit dans la quatrième de couverture :

« Cette publication contient un ensemble d’écrits qui se rapportent essentiellement à la même problématique de l’avènement d’un nouveau courant politique, le mouvement communiste, autour de la pensée de l’action de toute une génération de pionniers. Ce phénomène se génère fondamentalement dans la conjoncture marquée par la phase finale de la résistance collective à l’Occupation nord-américaine dans le second lustre des années 1920. Cette opposition, à ce moment-là, se développe de manière totalement pacifique, élargit de plus en plus sa base d’appui et se concentre surtout dans les principales villes du territoire national. Elle se manifestera, par la suite, de manière directe ou indirecte, durant tout le reste du XXe siècle haïtien. D’où l’intérêt de l’exploration des phases de ses premiers moments. »

Schultz Laurent Junior

Cet article Présentation du dernier livre de Michel Hector au Centre Culturel Anne Marie Morisset est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires