« L’égalité des sexes, un progrès pour nous tous », dixit Antonio Guterres

Le CRESFED et la COFOCA ont marqué,

le 8 mars à Aquin Vue partielle de l’assistance lors de cette journée à Masseillant.

Antonio Guterres

 

Comme à l’accoutumée, le secrétaire général de l’ONU a adressé un message au monde entier à l’occasion de la journée internationale des femmes, le 8 mars. Cette année, Antonio Guterres met l’accent sur l’autonomisation des femmes. Le numéro un de l’ONU croit que l’égalité des sexes est un progrès pour tout le monde, femmes et hommes.

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies s’est réjoui de certaines victoires gagnées dans le combat pour le respect des droits des femmes à travers le monde. Antonio Guterres pense que le monde est arrivé à un moment décisif pour les droits des femmes. « Les inégalités historiques et structurelles qui ont fait le lit de l’oppression et des discriminations n’ont jamais été dénoncées si unanimement. De l’Amérique latine à l’Europe en passant par l’Asie, sur les réseaux sociaux, les plateaux de cinéma, dans les usines et dans la rue, les femmes appellent à un changement durable et réclament la tolérance zéro à l’égard des agressions, de la discrimination et du harcèlement sexuels sous toutes leurs formes », explique le numéro un de l’ONU dans son message à l’occasion du 8 mars.

 M. Guterres croit que le militantisme et la persévérance de générations de femmes ont porté leurs fruits. De nombreux progrès ont été faits dans cette lutte. « Le nombre de filles scolarisées, de femmes ayant un emploi rémunéré et de femmes occupant des postes à haute responsabilité dans le secteur privé, les milieux universitaires, la sphère politique et les organisations internationales, y compris l’ONU, n’a jamais été si élevé », applaudit l’homme fort de l’ONU. Par ailleurs, il se réjouit que l’égalité des sexes soit inscrite dans d’innombrables textes de loi, et les pratiques traditionnelles néfastes comme les mutilations génitales féminines et le mariage des enfants sont maintenant illégales dans de nombreux pays.

Cependant, il reste de nombreux obstacles à franchir selon Antonio Guterres. « À l’heure actuelle, dans le monde, plus d’un milliard de femmes ne sont pas protégées par la loi si elles venaient à subir des violences sexuelles dans leur foyer. L’écart de rémunération entre hommes et femmes est de 23 % à l’échelle mondiale. Il peut aller jusqu’à 40 % dans les zones rurales, et le travail non rémunéré que font de nombreuses femmes n’est pas reconnu », déplore entre autres le secrétaire général de l’ONU.

M. Guterres appelle à multiplier les efforts en vue de favoriser l’égalité des sexes à travers le monde. Car, selon lui, « l’égalité des sexes est non seulement une question de respect des droits fondamentaux, mais un progrès pour nous tous, femmes et hommes, filles et garçons ».

Les inégalités et la discrimination dont sont victimes les femmes sont néfastes à l’ensemble des populations, estime Antonio Guterres. Car, argumente-t-il, « il est prouvé depuis longtemps qu’investir dans les femmes est le moyen le plus efficace de dynamiser les communautés, les entreprises et même les pays ». « La participation des femmes rend les accords de paix plus solides, les sociétés plus résilientes, la croissance économique plus vigoureuse. À l’inverse, là où les femmes sont victimes de discrimination, c’est souvent à cause de pratiques et de croyances qui nous nuisent tous », renchérit-il.

Ritzamarum Zétrenne

rzetrenne@lenational.ht

Cet article « L’égalité des sexes, un progrès pour nous tous », dixit Antonio Guterres est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires