Le pays fait marche arrière, selon Edmonde Supplice Beauzile

Des militants de la Fusion lors son congrès départemental du Nord-Ouest.

 

Lors du congrès départemental de la Fusion des sociaux-démocrates, la coordonnatrice nationale a réitéré la position de son parti à l’égard du gouvernement de Lafontant. L’ancien parlementaire du centre estime que rien ne fonctionne. Au contraire, dit-elle, le pays est en train de faire marche arrière. Au niveau de la Fusion, nous sommes pour un remaniement du cabinet ministériel. Car, dit-elle, il y a un président, un seul ministre qui travaille. C’est le chef de l’État lui-même. Le leader politique croit que les ministres devaient remettre leur démission pour cause de passivité.

Parlant de la question de la Caravane du changement du Président Jovenel Moïse, l’ancienne sénatrice du Plateau central a déclaré que cela n’apportera aucun résultat concret en ce qui a trait à l’amélioration des conditions socio-économiques de la population. « Je demande au président d’observer un sursis dans le dossier de la Caravane. Il serait mieux de changer complètement le cabinet ministériel », a-t-elle expliqué, n’exprimant par ailleurs aucune intention d’intégrer éventuellement le nouveau gouvernement.

Au cours de ce congrès, des membres et des délégués venant de diverses communes du département du Nord-Ouest ont abordé plusieurs points, dont les élections pour élire de nouveaux membres à la coordination départementale du Nord-Ouest. C’est ainsi que Métayer Jean Silien a brigué le poste de coordonnateur départemental. Maxi Petit Joute, pour sa part, a brigué le poste de coordonnateur adjoint, lors de cet exercice démocratique dans une atmosphère de convivialité. D’autres élections secondaires seront organisées dans les prochains mois en vue de pourvoir aux autres postes vacants.

La coordination départementale, une fois totalement renouvelée, la prochaine démarche sera de mettre en place les structures communales du parti, a informé l’ancienne sénatrice Edmonde Suplice Beauzile, qui a mis l’accent sur l’importance de ce Congrès. Elle dit regretter le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de partis en Haïti qui réalisent ces genres d’activités. « Je pense qu’un parti politique ne peut pas exister uniquement pendant des périodes d’élections », a-t-elle soutenu.

Edmonde Suplice Beauzile se montrait, par ailleurs, très hostile à l’égard des candidats malheureux aux dernières élections, inscrits sous la bannière du parti Fusion des sociaux-démocrates, qui n’ont même pas pris la peine de faire acte de présence à cet important rassemblement départemental. « S’ils étaient de réels membres du parti, ils seraient là à cette grande rencontre », a-t-elle critiqué. Parallèlement, Mme Beauzile a fustigé les groupements et les regroupements de partis qui émergent comme des champignons sur la scène politique pour disparaitre quelques mois après, voire quelques semaines après.

Cette série de congrès départementaux que la Fusion des sociaux-démocrates haïtiens est en train de réaliser précède le congrès national prévu pour le 22 du mois de mars de l’année en cours. Mais bien avant, le Conseil national du parti se réunira pour voter le budget annuel qui aura permis au comité directoire d’agir. Mme Beauzile a critiqué la passivité de ses collègues de la classe politique qui ne travaillent pas dans le sens de la structuration des partis et de leur renforcement. Selon elle, la Fusion serait l’unique parti à réaliser des congrès à un rythme régulier.

Marc Edy Ossam

Cet article Le pays fait marche arrière, selon Edmonde Supplice Beauzile est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires