La conteuse Cindy Pierre-Louis et son spectacle de contes traditionnels haïtiens à la BMC

La conteuse Cindy Pierre-Louis./.Photo : Chokarella.

Dans le cadre de la neuvième édition du festival interculturel de contes « Kont anba tonèl », la bibliothèque Monique Calixte de la Fondation Connaissance et Liberté (FOKAL) un spectacle de contes traditionnel le vendredi 23 mars 2018. La conteuse Cindy Pierre-Louis a offert aux enfants de la bibliothèque deux contes puisés dans répertoire folklorique haïtien Tezen et Oranger magique.

Avec beaucoup de verve dans la narration, la conteuse Cyndy Pierre-Louis  s’est approprié les deux histoires. Elle les a racontés l’une après l’autre les deux contes qui ont enchanté et émerveillé les enfants. Le spectacle a débuté avec Tezen. Sur une mise en scène de Johnny Zéphirin et Cyndy Pierre-Louis, plusieurs séquences du récit ont été chantées. 

C’est l’histoire d’un poisson qui est tombé amoureux d’Anita d’une belle jeune fille. La conteuse a décrit le profil de Tezen, « il était un joli poisson argenté avec ses nageoires faites de diamant. Ses yeux faisaient son charme. »  Et la suite de l’histoire allait apprendre aux enfants la mort de Tezen. Oranger magique met en scène l’histoire de Elma communément appelé Ti Soufri. Elle était âgée de dix ans. C’était un enfant sage et obéissant. Elle travaillait très dur chez sa belle mère, Mme Bourgon. Elle faisait le ménage, préparait la nourriture. Un jour, alors qu’elle avait faim, elle a mangé l’une des oranges de sa belle mère. Elle est battue et maltraitée. Courageuse, Ti Soufri allait semer quelque part les semences d’une nouvelle vie. Avec ténacité, Ti Soufri vengera de sa belle mère et connaîtra l’aube d’une existence meilleure, pleine de tendresse et de promesses.

Au terme du spectacle de conte, Le National s’est entretenu avec Cyndy Pierre Louis. Pour la conteuse, « ces deux contes Tezen et Oranger magiques » sont deux histoires fascinantes. Elles renferment beaucoup de leçons de moralité. C’est un plaisir pour moi de les raconter aux enfants pour qu’ils puissent apprendre à travers ces deux contes des leçons essentielles pour leur vie. »

Réagissant sur l’importance du festival interculturel de conte qui est à sa neuvième édition dans le milieu socioculturel haïtien, Cyndy Pierre-Louis a fait savoir que c’est une initiative louable. Autrefois, l’on savait raconter des contes le soir sur une galerie. Aujourd’hui, cette tradition a disparu. C’est bien que l’association Foudizè  tente à travers ce festival de maintenir sur un autre angle les traditions d’antan.

À noter que le festival interculturel de conte « Kont anba tonèl » a débuté le 20 mars 2018 et se déroule autour du thème : « Lakay pou nou konte. »

Schultz Laurent Junior

Cet article La conteuse Cindy Pierre-Louis et son spectacle de contes traditionnels haïtiens à la BMC est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires