Exposition de dessins : quand les lycéennes honorent des femmes, modèle !

Des élèves visitant l’une des salles d’exposition au lycée Marie Jeanne de Port-au-Prince.

 

Pour marquer la journée internationale des droits des femmes, les écolières du lycée Marie Jeanne de Port-au- Prince ont été invitées dans le cadre du cours des arts plastiques à exposer les portraits de femmes haïtiennes qu’elles ont réalisés.

D’une pierre trois coups, cette activité à la fois pédagogique et artistique vise à identifier les modèles qui influencent ces adolescentes des classes secondaires. Mme Polycarpe, la directrice de l’établissement, se félicite de la contribution de ces filles à la promotion de l’école, malgré les difficultés de l’institution.

La grande foire des portraits de femmes haïtiennes !

Des portraits de femmes célèbres comme des portraits de femmes anonymes sont exposés dans les salles de classe de l’école.

Une occasion unique pour ces apprenties artistes dessinatrices de représenter la beauté de l’épouse du chef de l’État, Jovenel Moïse. À travers au moins deux portraits, ces filles du lycée Marie Jeanne se sont consacrées à reproduire le sourire de Mme Martine Moïse dans ses meilleurs jours, depuis le 7 février 2017.

Ertha Pascale Trouillot, la Première femme présidente d’Haïti, Marie Laurence Jocelyn Lassègue, ancienne ministre à la Condition féminine, et qui a succédé au ministre Olsen Jean Julien, à la Culture sont parmi les femmes politiques retenues dans le choix de sujets représentés dans leurs expressions artistiques élémentaires. Sachant que nous avons affaire à des débutantes qui font leurs premiers pas dans le dessin et les techniques de représentation, entre l’observation et la proportion des lignes et des différentes parties qui composent la caricature de ces célébrités.

Des célébrités, mais également des mères, des tantes et des soeurs honorées !

D’autres portraits des artistes comme Rutshelle Guillaume, une ancienne du lycée Marie Jeanne, Darline Desca et la rappeuse Eud sont également affichés parmi les représentations de la professeure Bayyinah Bello.

Dans la liste des portraits de femmes anonymes, plusieurs autres filles dans la démarche de représentation et de création autour de l’une des figures féminines qu’elles considèrent comme leurs modèles, des mères, des soeurs et des tantes ont été honorées dans cette exposition de portraits de femmes.

Jenny Josil, Rose Tachanie Pierre et Déborah Plaisival s’inscrivent dans cette tendance, en tentant de représenter par des lignes et des nuances les visages de leurs proches parents, comme les premiers modèles ou mentors qui les accompagnent depuis toujours.

Dans la liste des jeunes talents, dont les oeuvres se sont fait remarquer, on peut citer : Michel- Ange Pierre, Talita Amboise, Edwine Jean, Ange Guirlande Eliacin, Jethselie Thomas, Tamara Pierre et Staëlle Jean.

Parallèlement à cette activité de création artistique et d’exposition des dessins, les responsables nous précisent que ces filles accompagnaient leurs oeuvres d’un argumentaire pour justifier le choix de chacune des personnalités choisies. Dans la liste des raisons, on pouvait lire ce qui suit : le talent, la détermination, le parcours, l’image positive, le leadership, l’autorité, etc.

Quelle réflexion possible sur l’éducation artistique et culturelle des filles en Haïti ?

À noter qu’il y a un effort surhumain à faire dans ces environnements éducatifs, particulièrement au lycée Marie Jeanne, pour encourager les filles à croire en elles et à renforcer leur estime de soi. Même quand certaines arrivent à développer leurs talents en réalisant des dessins sur place, elles hésitent à présenter les oeuvres comme par peur de subir les critiques.

En attendant la réouverture de l’École nationale des arts (Enarts), pour le renouvellement du personnel spécialisé dans l’éducation artistique et culturelle en Haïti, nous ne pouvons que saluer ces initiatives visant à offrir d’une part la possibilité aux jeunes de développer leurs talents, mais d’autre part, qui participent à la promotion positive de la créativité, des loisirs et aussi de la valorisation des familles par la fierté éprouvée des parents en voyant leurs enfants enrichir le patrimoine national et trouver des ouvertures et des opportunités que seul l’art peut offrir.

Des femmes artistes à encourager dans la création et l’entrepreneuriat culturel, sachant combien les femmes ont beaucoup contribué dans la pérennité de la grande majorité des entreprises et institutions culturelles en Haïti. Des noms de femmes entrepreneures et gestionnaires culturelles comme : Marie Alice Théard, les soeurs Colette et Mireille Pérodin, Barbara Prézeau Stephenson, Michèle Pierre-Louis, Paula Clermont Péan, Lorraine Mangonès, Élisabeth Pierre-Louis, et tant d’autres noms évoluant dans les villes de province et dans la diaspora, comme le cas de Fabienne Colas au Canada ou de Farah Larrieux dans la Floride devraient être retenus dans la mémoire collective de ces filles appelées à assurer la relève.

Dominique Domerçant

Cet article Exposition de dessins : quand les lycéennes honorent des femmes, modèle ! est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires