Deux étudiantes haïtiennes participeront au forum mondial de l’eau à Brasilia

Vikensia Orélus.                                                  Giodanna Vanessa Calixte.

 

La huitième édition du forum mondial de l’eau se tient du 18 au 23 mars au Brésil. Cet événement organisé par le World Water Council (le conseil mondial de l’eau) réunira des représentants de plusieurs pays pour discuter des défis concernant la disponibilité de l’eau et promouvoir des engagements politiques sur cette problématique à travers le monde. Deux jeunes leaders haïtiennes, Giordanna Vanessa Calixte et Vickensia Orélus, toutes deux étudiantes à l’Université d’État d’Haïti, ont obtenu une bourse du programme d’appui à la participation de la société civile pour représenter Haïti à ce forum. Les boursières ont rencontré le journal pour parler de leur intérêt pour la problématique de l’eau.

Ex-jeune ministre de la planification et de la coopération externe, Giordanna Vanessa Calixte étudie l’administration publique à l’Institut national de gestion et des hautes études internationales (INAGHEI). Elle estime qu’Haïti a besoin de se faire entendre davantage dans le cadre d’événements de ce genre. Tenant compte du défi que constitue l’accès à l’eau potable dans le pays, elle dit croire qu’Haïti a beaucoup à faire pour respecter les engagements pris dans le cadre des objectifs de développement durable.

« Je suis une victime de la mauvaise gestion de l’eau en Haïti. Je viens de Port-de-Paix où l’accès à l’eau représente une préoccupation tandis que les moindres pluies causent des inondations », déclare Mlle Calixte qui espère que sa participation au forum de l’eau se révèlera bénéfique au pays à plusieurs égards. Elle annonce que son exposé au forum mondial sur l’eau à Brasilia portera sur le contrôle et la distribution de l’eau potable en Haïti. Un sujet qui attire beaucoup son attention surtout du fait que « le fournisseur public dans ce secteur, la DINEPA, ne distribue pas de l’eau potable contrairement à ce que suggère la définition de cet acronyme ».

De son côté, Vikensia Orélus, estime que la gestion des eaux usées constitue l’un des plus grands défis auxquels les autorités haïtiennes doivent s’attaquer. Elle soutient qu’il s’agit d’un grave manquement, le fait de ne pas pouvoir récupérer l’eau utilisée dans les tâches domestiques et dans des sphères professionnelles. Selon elle, une politique efficace de traitement des eaux usées aura le mérite d’élargir l’accès disponible et de diminuer la pollution.

Selon l’UNICEF, 36% de la population n’a pas accès à l’eau potable. Mlle Orélus dit croire que l’État devrait investir beaucoup dans la construction de centres de purification d’eau à travers tout le pays. Sa participation au forum mondial de l’eau représente pour elle une opportunité d’échanger sur la problématique avec des gens qui vivent des expériences différentes.

« Le gouvernement haïtien n’aura vraisemblablement pas de représentant à cet événement », a lâché un cadre du ministère de l’Environnement contacté par le journal. Le forum mondial de l’eau a lieu tous les trois ans dans un pays différent. L’édition 2018 est la première à se dérouler dans l’hémisphère Sud. L’événement s’était tenu en Corée du Sud (Daegu et Gyeongbuk) en 2015, en France (Marseille) en 2012 et en Turquie (Istanbul) en 2009.

Kendi Zidor

Cet article Deux étudiantes haïtiennes participeront au forum mondial de l’eau à Brasilia est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires