Dernier concert de présentation des cahiers de Chansons d’Haïti

La Fondation Odette Roy Fombrun (FORF) et les responsables de Chansons d’Haïti ont présenté le travail de restitution réalisé par la chanteuse Karine Margron sur la sauvegarde et la diffusion du patrimoine musical haïtien. Un récital de chansons et de danses pour exhiber les deux derniers cahiers des chansons d’Haïti s’est tenu au restaurant le Vilatte à Pétion-Ville, le vendredi 16 mars 2018, dans la soirée en présence notamment de la présidente de la FORF, Odette Roy Fombrun, des artistes et d’autres personnalités du monde socio-culturel haïtien.

Chansons d’Haïti est un projet mené depuis dix ans par la soprano Karine Margron pour sauvegarder le patrimoine musical haïtien. « Nous sommes heureux de vous voir ce soir pour célébrer la culture haïtienne à travers sa chanson et apprécier le travail remarquable des responsables des Chansons d’Haïti tels : Karine Margron et Julio Racine pour pérenniser les meringues d’antan », a fait savoir Marie Claude Bayard, directrice exécutive de la FORF, dans ses propos d’introduction. Les cahiers de chansons d’Haïti, a-t-elle poursuivi, sont destinés aux écoles de musique, aux artistes et à tous ceux qui s’intéressent à l’art et à notre patrimoine immatériel.

Durant toute la soirée, le MC Allenby Augustin s’est entretenu avec Karine Margron. Ils ont présenté et commenté les différentes chansons figurées dans les cahiers et interprétées dans le récital. « Le travail réalisé par Karine Margron est un travail académique », selon Allenby Augustin. « Parce que les rythmes haïtiens doivent être appris dans les écoles en Haïti », a tenu à souligner Karine Margron qui en a profité pour annoncer à l’auditoire que tous ces recueils de chansons ont été offerts dans les écoles de musique en Haïti pour la sauvegarde et la diffusion du patrimoine musical haïtien.

Accompagnés de David César (viola), Théophile Joseph (flûte) Josué Alexis (piano) Welele Doubout (percussion), Yamile Leyva (piano) Gessoit Pierre Louis (saxophone), les solistes Karine Margron, Wenson Delice et Christie Louissant ont interprété plusieurs chants du répertoire folklorique haïtien. Le récital, agrémenté de deux chorégraphies offertes par deux danseurs de Tempo Plus, fut divisé en deux parties.

Une compilation de chansons classiques, de meringues, de rabòday, de romances a enchanté le public. Le programme a débuté avec la chanson Psaume. Wenson Délice a chanté une partie du Psaume 1 : « Heureux l’homme qui ne marche pas selon les conseils des méchants. Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs. Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs ». S’en est suivi le deuxième morceau : « Romance » de Michel Déjean qui a été chanté pour la première fois en public. Avec sa voix mélodieuse et douce, la jeune interprète Christie Louissaint a revisité « Nan fon bwa » du guitariste classique Frantz Casséus. La soprano Karine Margron a illuminé la scène de « le Villatte ». Sous les feux des projecteurs, elle a étendu toutes les cordes de son âme pour chanter : « Congo », « Sole o » et « Asòtò ».

Le percussionniste Welele Doubout s’est illustré en donnant un show spectaculaire avec son tambour accompagné de Josué Alexis. Trois rythmes haïtiens : yanvalou, ibo et le vrai rabòday ont résonné dans la salle. D’autres chansons : « Quinze jours au Cap » de François Manigat, « Lisette » de Duvivier de la Mahotière et Ludovic Lamothe, « Carte blanche » de Occide Jeanty, « Haïti terre de soleil » de Kiki Wainwright et « Legba zanglian », dédié à Jean Coulanges présent dans l’assistance, ont fait le bonheur de plus d’un.

Rappelons que la plupart des chansons ont été arrangées par Karine Margron et orchestrées par Julio Racine. Ce travail remarquable, réalisé par ces deux artistes, vise à faire revivre les meringues d’antan. Le prochain cahier de chansons d’Haïti sera dédié à la chanteuse Cornélia Schutt dit Ticorn.

Schultz Laurent Junior

Cet article Dernier concert de présentation des cahiers de Chansons d’Haïti est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires