Le rubis de Cupidon : des jeunes revendiquent leur part de la cité

Des écoliers, co-auteurs du livre « Le rubis de Cupidon », de passage à l’émission de Chokarella.

 

L’actualité littéraire contemporaine n’est plus exclusivement la chasse gardée des auteurs confirmés. Les jeunes portent aussi un discours sur l’existence, s’approprient généreusement des lieux pour réinventer d’autres ambiances et mieux revendiquer leur part de la cité.

En effet, la réalisation de la 4e édition du Concours national scolaire de nouvelles est la preuve que la démarche pour motiver les jeunes aux valeurs littéraires n’était pas oiseuse. Après Max ! Max ! Max !, Haïti 2042 : les possibles futurs, les tours de piste continuent. Il est offert à tous les lecteurs et mordus de littérature de pouvoir encore se délecter, avec plus de vigueur, d’un joyau qui vient tout juste de sortir de C3 Éditions. Cette fois, l’amour occupe le haut du pavé. C’est bien le sentiment qui est, depuis la nuit des temps, l’un des mieux partagés dans l’histoire des humains, et cela va sans dire. Cette quête de compréhension humainement utile emprunte trop souvent diverses voies qui tendent à impacter le champ social tout en négligeant, de manière considérable, toute catégorisation au niveau de l’âge et du sexe. Semble-t-il que ce temps est révolu. En ce sens, il faut bien croire que personne n’est exempt de cette bourrasque sentimentale qui ne chôme que rarement. D’où, cette heureuse implication de plusieurs jeunes du pays dans un exercice intellectuel mariant sentiment et littérature dans un recueil de nouvelles alléchant. Aujourd’hui, l’amour se fraie une place dans la littérature des jeunes avec force et fait, à juste titre, autorité. Passionnant ! Produire cette oeuvre collective traitant de ce thème convoité par le commun des mortels est d’autant plus fascinant que porteur d’une juste sensation.

Ce livre, « Le rubis de Cupidon », est ce moteur huilé et cette preuve tangible à partir desquels les jeunes font vivre l’amour au sens propre, comme ce fumet figé dans la nature et qui aguiche l’attention au quotidien, bon gré mal gré. Ces huit (8) jeunes nous offrent une nouvelle page dans notre histoire littéraire. Laquelle page met au-devant de la scène cet ensemble unitaire de textes, les uns aussi intéressants que les autres. Sans fioriture aucune, ce livre vient à point nommé dans une période où les amoureux s’apprêtent à fêter la Saint-Valentin, esquivant le schéma étriqué des traditions qui ne bougent presque pas. La tendance se veut être plutôt différente en s’achetant des livres pour s’offrir ou du moins pour offrir à l’autre moitié comme de succulents chocolats et des bouquets de roses qui contribueront à gâter et à changer une donne. Les dés sont jetés ! Faites de « Le rubis de Cupidon » votre arme sentimentale servant à étancher la soif de votre partenaire et/ou ami(e) s. Donnez à votre relation cette possibilité de requinquer et votre bonheur sentimental de s’affermir pour des années entières. Ce livre est dirigé par Gary Victor avec pour contributeurs : Blaise Brunet, Gil Sander Joseph, Joédyne Jean-Baptiste, Sheen-Love Thérésa Danaïka Prévilon, Catheline Théodora Désiré, Barbara Widjney Dorvil, Amanda Coty, Guerda Petit-Nord.

Djeff Prophil

Cet article Le rubis de Cupidon : des jeunes revendiquent leur part de la cité est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires