L’AKA plaide pour un meilleur rayonnement de la langue maternelle des Haïtiens

L’AKA accueille ses nouveaux membres.

 

Le 21 février est la journée internationale de la langue maternelle. À travers diverses manifestations, l’UNESCO en a profité pour souligner la nécessité de préserver la diversité linguistique dans le monde et de promouvoir le multilinguisme en vue de réaliser les objectifs de développement durable. En Haïti, l’accent est plutôt mis sur le défi de faire du créole haïtien la langue de l’enseignement et d’assurer un plus grand rayonnement de cette langue sur le plan international.

Lors de la cérémonie qui s’est tenue au Centre de convention de la Banque de la République d’Haïti, le président de l’Akademi Kreyòl Ayisyen (AKA), Pauris Jean-Baptiste a défendu l’idée que le créole haïtien devienne une langue de travaille au sein de la CARICOM. Rappelant qu’Haïti assure actuellement la présidence de l’organisation régionale qui s’apprête à organiser sa 29e session de sa conférence de chefs d’état et de gouvernement les 26 et 27 février à Port-au-Prince, M. Jean-Baptiste a encouragé les autorités haïtiennes à saisir cette opportunité pour présenter cette demande. Un tel statut, s’il est accordé au créole, favorisera la création d’emplois dans le domaine de la traduction pour les Haïtiens, soutient M. Jean- Baptiste. Le marché régional peut aussi, selon lui, constituer un espace de promotion pour le créole même à travers l’étiquetage des produits commerciaux.

Outre ce message adressé en cette circonstance au président Jovenel Moïse, l’AKA a rappelé l’importance de la langue maternelle dans la vie de chaque peuple. Un plaidoyer a été lancé afin de faire du créole haïtien la langue de l’enseignement. « Lang manman nan edikasyon, wi. Aprann se konprann », c’est le slogan adopté dans le cadre de la campagne de sensibilisation menée en ce sens. L’un des académiciens, le poète Clotaire Saint-Natus, informe d’une série de visites effectuées par l’AKA dans les dix départements du pays pour informer la population sur les enjeux de la langue de l’enseignement. Il rappelle que les recherches scientifiques dans le domaine de l’éducation prouvent que, pour être efficace, l’apprentissage doit se faire dans la langue maternelle des sujets. La pratique qui consiste à punir les élèves qui parlent créole n’est pas encore totalement révolue dans les écoles, dénonce l’académicien qui lance un appel afin que cessent les discriminations.

L’académie du créole haïtien a profité de la célébration de la journée du 21 février pour introniser un nouveau conseil consultatif et intégrer cinq nouveaux membres au conseil exécutif : Paul Antoine, Rosilia François Corneille, Dominique Barthélémy Ernst Mirville et Rachelle Charlier Doucet. Cette dernière, prenant la parole au nom des nouveaux académiciens, s’est engagée à travailler en vue de faire respecter les droits linguistiques de tous les Haïtiens.

Le nombre des académiciens passe désormais à 36 membres. Selon la loi, cette institution peut compter entre 33 et 55 sièges. Deux des 33 académiciens qui ont été installés en 2014, Claude Pierre et Max Beauvoir, sont décédés. Et plus récemment, l’anthropologue Rachel Beauvoir Dominique qui devait faire son entrée à l’AKA est morte le 5 janvier 2018. Le titre d’académicienne posthume lui a été attribué. Deux auteurs haïtiens Georges Castera et Emile-Célestin Mégie ont, dans la foulée de cette célébration, été distingués pour la qualité de leurs nombreuses oeuvres publiées en créole.

La journée internationale de la langue maternelle a été proclamée par la Conférence générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en novembre 1999. Elle est célébrée chaque année depuis février 2000. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca, aujourd’hui la capitale du Bangladesh, alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque.

Kendi Zidor

Cet article L’AKA plaide pour un meilleur rayonnement de la langue maternelle des Haïtiens est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires