Haïti : le déficit budgétaire s’accentue, le FMI débarque en gendarme

Un nouveau cadre de référence vient d’être signé entre les autorités fiscales haïtiennes et le FMI. La signature de cet accord intervient à une période où le déficit budgétaire va à un rythme accéléré si l’on se fie aux chiffres communiqués par la Banque de la République d’Haïti.

Neuf milliards de gourdes. C’est le montant du déficit public d’octobre à février. Pour le premier trimestre de l’exercice fiscal, la Banque centrale a financé un déficit de cinq milliards de gourdes. Deux mois plus tard, il est passé à neuf milliards de gourdes, selon les notes de la politique monétaire publiées par les autorités monétaires du pays sur le site de la BRH. À rappeler que le gouvernement avait clairement déclaré sa volonté de n’avoir pas recours à la planche à billets d’où l’utilité de cet accord de cash management entre les autorités fiscales et monétaires en début de l’exercice fiscal 2017-2018.

Pour l’économiste Kesner Pharel, le gouvernement a grand besoin d’argent pour financer ses grands projets, explique-t-il, tout en précisant que la

signature du cadre de référence avec le FMI est une bonne nouvelle vu que ça peut servir de déclic pour les autres bailleurs de fonds. Pour l’économiste, l’appui budgétaire apporté par les autres bailleurs devra contribuer à diminuer le financement monétaire et la réduction en particulier des subventions des produits pétroliers. Le gouverneur de la Banque centrale, Jean Baden Dubois, abonde dans le même sens. Il souligne que l’un des engagements de l’État haïtien est de ne plus recourir à financer le déficit à travers l’expansion monétaire.

Si depuis quelque temps, les économistes s’alarment. Le gouverneur de la Banque centrale rassure. « La signature de l’accord d’aujourd’hui prouve qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter », a déclaré Jean Baden Dubois qui croit que le pays est dans la bonne direction. Il rappelle que d’autres bailleurs de fonds attendaient ce signal pour monter à bord. Le gouverneur insiste sur le fait que ce cadre de référence ne donne pas d’autres choix au gouvernement haïtien que de respecter sans faille le cash management. Pour le numéro un de la BRH, l’alignement des dépenses aux recettes.

Ce programme comporte des engagements pour la mise en place de réformes pour réduire le déficit public lié aux subventions à l’EDH et à la consommation de produits pétroliers. La mobilisation fiscale est considérée comme le pilier pour ajuster les recettes. Tout en contrôlant le déficit du secteur public, le nouveau cadre de référence se veut de contenir l’inflation en dessous de 10%.

Hansy Mars

Cet article Haïti : le déficit budgétaire s’accentue, le FMI débarque en gendarme est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires