Haïti, hôte du 29e sommet de la CARICOM

Haïti, hôte du 29e sommet de la CARICOM./Photo : JJ Augsutin.

 

Pour la deuxième fois en l’espace de cinq ans, la République d’Haïti reçoit la réunion intersessionnelle de la conférence des chefs d’États et de gouvernements du Marché commun des Caraïbes (CARICOM). Les discussions de ce 29e sommet, tenu à Port-au-Prince les 26 et 27 février en cours, se sont portées pour l’essentiel sur les questions liées à l’environnement, de l’officialisation du français comme l’une des langues officielles de la CARICOM, mais aussi, d’une politique concertée de bonne gouvernance régionale en vue de pouvoir répondre adéquatement aux défis de la zone.

Comme prévu, la République d’Haïti a reçu, les 26 et 27 février en cours, le 29e sommet des chefs d’États et de gouvernements Caribéens. Plus d’une vingtaine de nations de la zone ont pris part à cette réunion annuelle de la CARICOM visant à discuter sur des problèmes cruciaux auxquels fait face cet espace géographique. Faisant office de président de cette assemblée régionale dont il accueille cette année, le chef de l’État de la République d’Haïti, Jovenel Moïse, dans son discours inaugural, a d’entrée de jeu attiré l’attention des invités sur la vulnérabilité des pays de la CARICOM en matière environnementale les exposant systématiquement aux effets des cyclones majeurs qui, dans une certaine mesure, mettent en péril leurs efforts de se lancer dans la voie du développement durable.

‹‹ J’assume la présidence de cette conférence dans un moment spécial où nous sommes en proie à une vague cumulée de phénomènes atmosphériques provoqués en grande partie par le réchauffement climatique. Cette situation qui tend à augmenter, selon les avis des experts cause parfois des pertes et des dommages irréversibles ralentissant de façon exponentielle le développement socio-économique des pays de la région tout en ruinant nos efforts vers la mise en oeuvre du développement durable dans les communautés ››, a précisé, Jovenel Moïse, appelant à la mise en oeuvre d’une politique concertée entre les pays membres de la CARICOM en vue de barrer la route à ce phénomène, estime-t-il, qui agit de façon indiscriminée à l’échelle planétaire. Annonçant que les prochaines années seront cruciales pour les gouvernements caribéens, face aux enjeux environnementaux et économiques, le président de la Conférence caribéenne, Jovenel Moïse, appelle au respect des conventions internationales signées à cet effet ainsi qu’au maintien du Momentum de l’accord de Paris.

Étant le président d’Haïti, Jovenel Moïse, n’a pas manqué de souligner combien son pays est attaché à la question de l’environnement et du développement durable. Le chef de la première République noire, citant les cyclones les plus dévastateurs ayant frappé Haïti de plein fouet durant les dernières décennies, se prononce en faveur d’une accélération des coopérations afin de favoriser le renforcement des structures existantes permettant de combattre ces types de catastrophes et, du coup, favoriser le renforcement de la résilience des populations victimes.

De l’officialisation de la langue française dans la CARICOM

Outre la question de l’environnement, le locataire du Palais national s’est montré aussi très intéressé à l’officialisation de la langue française à la CARICOM. Selon lui, il est temps que la résolution prise, il y a 5 ans à Port-au-Prince, sous la première présidence d’Haïti exigeant que le français soit devenu la langue officielle de la CARICOM, soit mise en application. Se disant conscient du fait que l’une des richesses de ce bloc régional est sa diversité culturelle, le chef de l’État haïtien a déclaré : ‹‹ il est temps que nous mettions en application cette résolution en vue d’une meilleure l’intégration d’Haïti au sein de la structure régionale, dans la compréhension mutuelle››. Le président de la 29e réunion intersessionnelle des chefs d’États et de gouvernements, a en outre informé que les discussions se porteront aussi sur des problèmes relatifs à la sécurité, la criminalité, la drogue, la libre circulation de personnes et de biens dans la région, le droit d’établissement, la mise en oeuvre des composantes du marché unique caribéen.

Daniel Sévère

Cet article Haïti, hôte du 29e sommet de la CARICOM est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires