GHLScandale sexuel : l’ONG Oxfam est dans de beaux draps


Roland Van Hauwermeiren, directeur d’Oxfam en Haïti

Une enquête du quotidien britannique The Times parue à la une le vendredi 9 février a dévoilé que l’organisation caritative anglaise Oxfam a protégé sept de ses employés qui auraient engagé des prostituées en Haïti après le séisme du 12 janvier 2010.

Le journal révèle que la direction a permis à trois employés de démissionner, sans sanction, et en a renvoyé quatre autres pour faute grave. La directrice générale de l’époque, Barbara Stocking, a préféré offrir une “sortie digne et progressive” à certains de ces employés pour ne pas entacher la réputation de l’association, lit-on dans l’article du Times.

Néanmoins, dans un rapport “confidentiel”, Roland van Hauwermeiren, le directeur régional de l’organisation Oxfam en Haïti, admet avoir engagé des prostituées dans la maison louée par Oxfam “avec des fonds caritatifs”, souligne The Times. Il serait l’une des trois personnes ayant démissionné en silence sans aucune sanction disciplinaire. Le quotidien précise : “Aucun des accusés n’a été arrêté ou poursuivi en justice.”

Le rapport a fait remarquer également qu’« il y avait une ‘culture de l’impunité » chez certains membres du personnel d’Oxfam présents en Haïti”. The Times a recueilli le témoignage de plusieurs personnes affirmant que la « plupart des prostituées étaient des enfants mineures ». « Un d’entre eux affirme que les hommes venant aider le pays ont invité des groupes de jeunes prostituées dans leur résidence pour organiser des parties d’orgies sexuelles. Une des sources affirme avoir vu des vidéos ou des jeunes filles allaient jeter des t-shirts d’Oxfam », écrit le journal.

Dans une note rendue publique l’ONG Oxfam condamne le comportement « totalement inacceptable » de certains membres de son staff en Haïti qui ont porté atteinte aux « valeurs et standards qu’elle attend de son personnel ». « Dès qu’on a su, une enquête interne fut lancée. Les « allégations d’abus sexuel sur mineures n’ont néanmoins pas été prouvées », lit-on dans la note.

Le quotidien britannique souligne qu’Oxfam, la cinquième plus grande association britannique, reçoit 300 millions de livres [environ 338 millions d’euros] par an de fonds gouvernementaux britanniques et de donations publiques. Il rappelle également que : « La prostitution est illégale en Haïti et l’âge du consentement est de 18 ans. Le sexe tarifé contrevient au code de conduite d’Oxfam et viole la déclaration des Nations unies sur le comportement des travailleurs humanitaires ratifiée par l’association.

Cet article GHLScandale sexuel : l’ONG Oxfam est dans de beaux draps est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires