Artibonite : visite de la commission Agriculture de la chambre des députés

Des membres de la commission Agriculture de la Chambre des députés ont rencontré les membres des associations de planteurs de la Vallée de l’Artibonite, des responsables de coopérative des blocs de production de la Caravane du changement et plusieurs cadres de la direction générale de l’ODVA, autour de la problématique de la distribution des semences, de la sécheresse et du phénomène de la ratisation qui a provoqué la perte de la plantation au cours de cette saison.

Une délégation de la commission Agriculture de la Chambre des députés menée par le députe de de Saint-Marc, Samuel D’Haïti, président de cette commission, a séjourné pendant plus de six heures, le vendredi 23 février 2018, dans les communes de Saint-Marc, de Petite-Rivière de l’Artibonite et de l’Estère, à la suite des différentes doléances soumises par les associations de planteurs autour du mélange des variations des semences de TC2 et TC10 qui ont produit de la paille blanche, des rageurs qui n’ont pas été détruits depuis plus de dix ans, de la mauvaise gestion des eaux dans les canaux d’irrigation, de l’intronisation des semences JASMINE 85 et OM6976 par les dirigeants de la NATCOM, sans l’autorisation de l’État haïtien.

Dressant un bilan après cette rencontre, l’élu de la circonscription de Saint-Marc a qualifié cette situation de séisme au niveau de la production agricole de la Vallée de l’Artibonite après celle de 2014 où les planteurs n’ont rien épargné. Il a lancé un appel à l’administration Moïse/Lafontant de prendre des dispositions nécessaires en vue d’éviter le pire dans les jours qui viennent, car dit-il, les planteurs sont aux abois.

Charles Sufra , l’un des responsables de coopérative des blocs de production, une structure mise en oeuvre par la commission de la Caravane du changement a déploré la négligence de l’État haïtien qui n’a pris aucune disposition pour gérer les eaux déversant du fleuve de l’Artibonite. Il a aussi relaté que des semences de riz qui devaient être produites par la direction de la recherche à Mauger sont entre les mains des responsables de Taïwan dans le cadre de la coopération avec Haïti et la majorité des intrants agricoles étant sur le marché local n’est pas de bonne qualité.

Dieula Bien-Aimé, un autre responsable de coopérative des blocs de production a abordé dans le même sens, a confirmé avoir reçu de la part des dirigeants de la NATCOM, vingt sacs de semences de riz JASMINE 85 et OM6976, mais sa préoccupation sur cette variété de semence avant d’être distribuée aux planteurs l’a contrainte à remettre un échantillon à l’ODVA pour être testé au laboratoire de recherche à Mauger.

Le directeur du Centre de recherche à Mauger, l’agronome Telford Gérald, lors de son entretien avec les membres de la commission Agriculture de la Chambre des députés, a déploré la mise à l’écart de cette entité au détriment des techniciens de Taïwan qui travaillent selon leur gré sans tenir compte du climat en introduisant, quelle que soit la qualité de la semence.

Cette situation a beaucoup préoccupé la délégation qui était composée entre autres d’Alzace Hubert Dieu de la commune de Grande Saline, Noêlsaint Bodelaire de Desdunes, Paul Gerard Lormeus de Verettes, Samuel D’Haïti de Saint-Marc, Amilcar Myriam de Saint-Michel de l’Attalaye et de Tanis Tertius de Limonade.

Nixon Dénéus

Cet article Artibonite : visite de la commission Agriculture de la chambre des députés est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires