AAFHAMR, pour le renforcement des capacités des femmes à mobilité réduite


Marie Nerline Morel, coordonnatrice générale

AAFHAMR.

 

Avec l’appui de l’ambassade de France en Haïti, l’Association pour l’autonomisation des femmes à mobilité réduite (AAFHAMR) a lancé un nouveau projet de renforcement des capacités des femmes à mobilité réduite à Port-au-Prince. Ce projet vise à combattre l’exclusion financière des femmes et des filles vivant avec un handicap et les aider à réintégrer progressivement les différentes sphères d’activités de la vie sociale et économique d’Haïti par la formation de quelque quarante femmes et filles à mobilité réduite dans plusieurs domaines d’activités socioprofessionnelles génératrices de revenus.

Travaillant depuis quelques années à la promotion des femmes haïtiennes à mobilité réduite, l’Association pour l’autonomisation des femmes à mobilité réduite (AAFHAMR) souhaite, cette année, former près de quarante femmes et filles à mobilité réduite dans plusieurs domaines d’activités socioprofessionnelles génératrices de revenus. Elles seront formées en dépannage de téléphone cellulaire, en couture, en cordonnerie, en production artisanale (ceinturon, sandales, valise) et en montage de plan d’affaires et de sensibilisation à la création d’entreprises.

Selon la coordonnatrice générale de l’AAFHAMR, Marie Nerline Morel, ce projet vise à combattre l’exclusion financière des femmes et filles vivant avec un handicap et les aider à réintégrer progressivement les différentes sphères d’activités de la vie sociale et économique du pays. La meilleure approche pour leur intégration dans la vie économique, dit-elle, est de commencer à mettre en oeuvre un plan d’action à long terme où elles pourront elles-mêmes se débrouiller pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Les bénéficiaires auront la possibilité de développer leur habileté et leur capacité, d’acquérir de nouvelles compétences pour lancer leurs propres activités génératrices de revenus, de développer leurs plans d’affaires par le biais de séances de formation et d’ateliers de travail pour mieux se positionner sur le terrain grâce au soutien technique de l’équipe de coordination mise à leur disposition.

Ce projet est financé par l’ambassade de France. Il est disposé d’un instrument de financement des initiatives de la société civile, intitulé PISCCA. Il s’agit du Fonds d’appui aux Projets innovants de la Société Civile et les Coalitions d’acteurs. Les projets financés ont pour objectif le renforcement des capacités des organisations issues de la société civile haïtienne afin de favoriser leur autonomie, et le développement local de manière durable. Le cycle de 2017-2019 est réservé à la structuration et l’accompagnement de la société civile haïtienne dans les secteurs de la citoyenneté, de la jeunesse, de la formation et des médias.

Aljany N. Zephirin

 

Cet article AAFHAMR, pour le renforcement des capacités des femmes à mobilité réduite est apparu en premier sur Quotidien Le National.

Commentaires